EGalim et la restauration collective scolaire

Hier nous vous parlions de la loi EGalim et des principales mesures en faveur de l’Agriculture. Aujourd’hui voyons ensemble les mesures propres à la restauration collective scolaire.

 

Pour rappel Les articles 24 à 27 de la loi dite Egalim relatifs à la restauration scolaire (loi n°2018-938 du 30 octobre 2018 pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous), abordent, au-delà des principaux objectifs, l'éducation et l'information des usagers.

 

Zoom sur les 10 mesures phares pour la restauration collective scolaire

 

 

# 1 - Des produits de qualité dans les assiettes

 

La loi EGalim prévoit qu’au plus tard le 1er janvier 2022, les cantines scolaires devront fournir 50% des produits répondant à au moins un critère de qualité.

Mais quels sont ces critères de qualité ?

  • Des produits issus de l’agriculture biologique – pour rappel d’ici 2020, le bio devra représenté 20% des produits utilisés en cuisine – à noter que par Bio, il est fait référence aux produits reconnus par un label, une mention…
  • Les produits issus de circuits court
  • Des produits s’inscrivant dans une démarche RSE
  • Des produits issus du commerce équitable
  •  

Bien entendu ces mesures seront encadrées et préciseront les modalités d’application comme les critères de qualité, la mise en œuvre et le suivi.

 

#2 – Diversifier les protéines

Grande nouveauté en restauration scolaire avec la loi EGalim et l’introduction de protéine végétale.

En effet, les gestionnaires de restaurants scolaires devront présenter leur structure dirigeante un plan pluriannuel de diversification des protéines, incluant des alternatives à base de protéines végétales dans les repas qu'ils proposent.

 

#3 – Le menu végétarien enfin à la carte

A horizon novembre 2019, soit un an après sa promulgation, la loi EGalim  prévoir l’instauration d’un repas végétarien une fois par semaine en test pendant deux ans.

Cette mesure sera évaluer et réviser à l’issue de ces deux années de test six mois avant son terme.

 

#4 – Fini le plastique

En plus de la mesure sur les pailles et touillettes, la loi EGalim  prévoit la suppression de :

  • Couverts en plastique
  • Piques à steak
  • Couvercles à verre jetables
  • Plateau-repas
  • Pots à glace
  • Saladiers
  • Boîtes et bâtonnets mélangeurs pour boissons
  • Contenants alimentaires de cuisson, de réchauffe et de service

 

Ces mesures devront s’appliquer aux cantines scolaires et universitaires ainsi qu’aux établissements d'accueil des enfants de moins de six ans au plus tard le 1er janvier 2025.

Elles sont néanmoins reportées au 1er janvier 2028 pour les collectivités de moins de 2 000 habitants nécessitant plus de temps pour la mise en place de ces mesures.

 

#5 – Fini les bouteilles d'eau plate en plastique

En plus de ces mesures, l’utilisation de bouteilles d'eau plate en plastique dans le cadre des services de restauration scolaire devra être supprimée au plus tard le 1er janvier 2020.

 

#6- Proportion des produits de qualité

 

Dès le 1er janvier 2020, les gestionnaire de cantines scolaires devront informer par voie d’affichage et communication électronique des produits de qualité utilisé à la composition des repas servis.

Il en est de même pour les mesures prises en faveur du développement de produits issus du commerce équitable.

Cette information devra se faire une fois par.

 

#7 – Affichage et composition des menus

La loi EGalim a l’ambition de tester tout un tas de disposition pour voir ce qui fonctionne le mieux en terme de résultats attendus, aussi jusqu’au 1er novembre 2021, l'Etat autorise les collectivités qui le demandent à rendre obligatoire l'affichage et la composition des menus dans les services de restauration scolaire dont elles ont la charge.

 

#8 – Bienvenue au " fait maison "

Jusqu’à présent, toute personnes ou entreprises qui transformait ou distribuait des produits alimentaires était dans l’obligation de préciser sur leur carte ou sur tout autre support qu'un plat proposé est " fait maison ".

Aujourd’hui cette obligation est désormais valable également pour les cantines scolaire  dès lors que la transformation ou la distribution se fait dans le cadre d'une activité de la cantine scolaire.

 

#9 – La consultation des usagers

Consulter les usagers pour respecter la qualité nutritionnelle des repas devient une obligation pour les gestionnaires de cantines scolaires, universitaire et des établissements d'accueil des enfants de moins de six ans.

Les gestionnaires devront informer et consulter les usagers.

 

#10 – Lutter contre le gaspillage alimentaire

Autre pan de la loi EGalim en restauration scolaire, l’information et la prévention en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Bien entendu avant de former et sensibiliser les équipes, il faudra bien entendu faire un état des lieux du gaspillage alimentaire avant la mise en place des mesures EGalim.

 

Pour aller plus loin dans cette démarche responsable, environnementale et engagée, chez Enzynov fort de notre maitrise de 151 enzymes de synthèse pour répondre aux besoins d’efficacité et de sécurité des professionnels, nous avons créé une gamme spécialement dédiée à la restauration hors foyer.

 

Sur le même sujet :