La démarche RSE en France


La RSE — ou Responsabilité Sociale des Entreprises est une notion très vaste, qui englobe des initiatives en faveur du développement durable dans la sphère des entreprises.

À l’heure où l’écologie apparaît comme un enjeu majeur, chaque société prend conscience de son rôle dans la protection de la planète, et adapte ses comportements et ses pratiques, pour que le développement économique ne se fasse pas au détriment de notre écosystème.

comprendre la demarche rse


Qu'est-ce que la RSE ?

Selon la Commission Européenne, la RSE définit le souci, pour chaque entreprise, de maîtriser son impact sur notre monde et notre société. Concrètement, la mise en place d’une politique RSE se traduit par des initiatives qui incluent, dans les activités commerciales, des objectifs sociétaux et écologiques.

Les entreprises qui se présentent dans le cadre de la RSE sont qualifiées de socialement responsables. Autrement dit, elles ne doivent pas uniquement tenir compte des législations de base, mais approfondir chacune de leurs méthodes pour limiter leurs conséquences sur la biodiversité et la planète — et avoir une gouvernancehumaine positive, valorisante pour tous.

Il est important de savoir que la notion de RSE est encadrée par la norme ISO 26 000. Celle-ci inclut les enjeux d’un « comportement éthique et transparent ». Il ne s’agit pas seulement de préoccupations écologiques, mais aussi d’une démarche qui doit être profitable pour le bien-être global de nos sociétés.


En France, la RSE valorise les PME

Aujourd’hui, les enjeux de la RSE ont investi la grande majorité des PME françaises. Certaines respectent ses principes sans le savoir, en développant simplement des politiques plus humaines, centrées sur des motivations sociales et écoresponsables. D’autres ont vraiment conscience de l’existence de la RSE, et communiquent — en interne et en externe — pour faire comprendre à quel point ils l'ont déjà mobilisée.

La RSE est une véritable opportunité pour les PME.
Elle offre une vision plus polyvalente de l’activité et de tous ses enjeux, pour requalifier ses objectifs et les formuler autour de valeurs solides, qui permettront un développement qualitatif sur le long terme, cohérent avec la demande. Les sociétés qui ne se lancent pas dans une telle démarche pourraient rapidement être dépassées par les concurrents qui s’y intéressent, d’où l’importance d’intégrer vite ces méthodes !

En 2013, le gouvernement Français a créé la Plateforme d’actions globales pour la RSE. Plus de 1 200 entreprises et organisations sont membres, et ce chiffre ne cesse de grandir. En parallèle, une étude menée par le Cabinet Ecovadis en 2017 montre que le score moyen des sociétés françaises est de 48,3/100. Notre pays est le 4e plus performant de l’OCDE et des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) en termes de RSE, juste derrière le Royaume-Uni, la Suède et le Danemark.
 

Comment appliquer la RSE à son entreprise ?

La RSE peut s’intégrer à tous les univers : dans chaque sphère, on trouve des initiatives appropriées.

 À titre d’exemple, dans le BTP, plusieurs entreprises s’engagent dans des démarches RSE autour de 3 piliers :

 

  • Le pilier environnemental (souci de limiter la dégradation de la qualité de l’air, gestion des déchets du chantier, protection des milieux aquatiques, etc.).
  • Le pilier social (formations gestes et postures pour la prévention des troubles musculo-squelettiques, apprentissage du secourisme au travail, communication renforcée autour des règles de sécurité sur un chantier, etc.).
  • Le pilier économique (respect des engagements, amélioration du rapport qualité/prix, entretien de relations saines avec les fournisseurs et autres interlocuteurs, etc.).

 

D’autres initiatives encore plus ciblées sont observées dans le BTP. Par exemple, la démarche HQAC (Haute Qualité Artistique et Culturelle) vise à sublimer les chantiers urbains en les valorisant comme des œuvres d’art, pour montrer ces lieux souvent critiqués sous un angle complètement différent.

En parallèle, dans l’automobile, même démarche à trois niveaux différents:

 

  • Les enjeux les plus stratégiques (émission de CO⊃2;, qualité de l’air, innovation technologique, implication dans la vie des territoires, santé et sécurité au travail, impact environnemental des matériaux en fin de vie, etc.).
  • Les enjeux importants (offres de services de mobilité, éthique dans les relations d’affaires, diversité et égalité des chances, déchets et cycles des matériaux, etc.).
  • Les enjeux d’importance modérée (répartition de la valeur ajoutée, marketing responsable, mécénat et philanthropie, optimisation environnementale dans le transport et la logistique, etc.).

 

Enfin, puisque toutes les entreprises dans tous les secteurs peuvent envisager une politique RSE, notons que la restauration ne fait pas exception.

 

  • Mise en place d’un volet « nutrition » pour équilibrer les repas,
  • Utilisation d’éclairages LED dans les établissements,
  • Installation du tri sélectif
  • Ou encore réduction des teneurs en sels et matières grasses dans les aliments

 

Tous sont des enjeux RSE totalement adaptés à cet univers particulier, ce qui prouve que chacun peut, à son niveau, développer une organisation autour de la RSE.

 

Comment mobiliser la RSE à son niveau ? 

Quand une entreprise n’a encore jamais envisagé une éventuelle démarche RSE, il n’est pas toujours simple de savoir par où commencer. Pourtant, il faut garder en tête que tout le monde peut, à son niveau, contribuer au développement durable !

La norme ISO 26 000 relative à la Responsabilité Sociale des Entreprises spécifie les principaux axes d’une politique RSE :

 

  • Penser son activité en lien avec des objectifs de développement durable.
  • Composer avec les attentes et impératifs des autres parties prenantes (collaboration avec les fournisseurs et divers interlocuteurs).
  • Adopter une démarche scrupuleusement respectueuse des normes internationales liées aux bons comportements et des lois de base dans son propre pays.

 

Plus spécifiquement, chaque société impliquée doit donc se poser la question suivante : comment accroître mon activité tout en limitant autant que possible mon impact sur la planète ? De quelle façon développer mon chiffre d’affaires tout en cultivant un souci de l’équité ?

À sa propre échelle, chaque dirigeant ou responsable peut prendre des initiatives, dont les ampleurs varient, toujours dans cet angle de la RSE.


Exemple de mise en place RSE :

Instaurer des conditions de travail plus profitables pour les salariés :

 

  • aménager une salle de sieste
  • investir dans des sièges plus ergonomiques
  • imaginer une décoration motivante. 

 

Côté préservation de la planète, on peut mettre en place des bacs sur des lieux stratégiques, afin d’encourager autant que possible le tri sélectif…. 

Des grandes métamorphoses aux petites résolutions les plus faciles à prendre, de très nombreuses initiatives écologiques ou sociales entrent dans le cadre de la RSE : à chaque entreprise, le rôle de trouver les meilleurs compromis revient.

Même dans les TPE, on n’hésite pas à diminuer le recours au format papier, ou même à participer à des projets pour la sauvegarde d’espèces en danger (notamment les abeilles).

Découvrez les produits enzymatiques professionnels

 

Retrouvez les autres articles de la thématique RSE : 

Qu’est ce que la norme ISO 9001 ?

ISO vs Labels : quelles différences ?

- Quelles Normes ISO privilégier dans une démarche RSE ?

Ecolabel européen vs Eco-conception