La norme ISO 26000 : quels enjeux pour la RSE ?

La norme ISO 26000 est le résultat d’une collaboration entre 99 pays, pour aiguiller les entreprises dans leur démarche RSE.
Concrètement, elle identifie plusieurs axes de réflexion utiles pour mieux anticiper les impacts de sa propre activité, tout en orientant ses décisions d’une façon plus responsable, sur le plan humain, social ou encore écologique.

Tous les établissements, quel que soit leur type et peu importe leur taille, peuvent se référer au guide réalisé dans le cadre de l’ISO 26000, dans l’optique de stimuler les prises de conscience autour de la responsabilité sociétale des entreprises.

ISO 26 000


Les 7 questions centrales de la norme ISO 26000 

Afin d’aider chaque organisation à respecter la norme ISO 26000, 7 axes d’amélioration, définis comme des « questions centrales », ont été définis :

  • La gouvernance de l’organisation
  • Les Droits de l’Homme
  • Les relations et conditions de travail
  • L’environnement
  • Les loyautés des pratiques
  • Les questions relatives aux consommateurs
  • Les Communautés et le développement local

Ces 7 questions centrales doivent être envisagées sous l’angle de 7 principes de comportement majeurs :

  • La redevabilité
  • La transparence
  • Le comportement éthique
  • La reconnaissance des intérêts des parties prenantes
  • Le respect du principe de légalité
  • La prise en compte des normes internationales de comportement
  • Le respect des Droits de l’Homme

Au cœur des enjeux de l’ISO 26000, on trouve le développement durable. En effet, il est primordial, à l’heure actuelle, de conjuguer ses intérêts économiques avec des préoccupations environnementales. Il s’agit d'accroître sa propre activité sans, pour autant, menacer les générations futures. En ce sens, toutes les sociétés qui désirent respecter la norme ISO 26000 doivent prévoir les impacts de chaque décision prise sur l’entreprise, bien sûr, mais aussi sur l’environnement ou encore sur le bien-être des salariés. En somme, cette norme sollicite la RSE dans ses trois thématiques principales : l’économie, le social et l’environnemental.


Peut-on obtenir une certification ISO 26000 ?

La norme ISO 26000 n’a pas été spécialement élaborée dans l’optique de délivrer des certifications aux meilleurs élèves. En réalité, il s’agit d’un cadre posé pour toutes les entreprises et tous les organismes qui souhaitent initier une démarche « RSE ». Bien que l’on parle bien d’une norme ISO, résultant d’un accord entre plusieurs pays et définissant clairement des notions primordiales comme le développement durable et la responsabilité sociétale, l’objectif est avant tout de soumettre des lignes directrices de comportement et d’amélioration aux établissements.

En ce sens, tout organisme cherchant à respecter la norme ISO 26000 peut accéder à de nombreuses informations qui l’aideront à diagnostiquer sa propre situation, pour évaluer ensuite les actions à mettre en œuvre. Cependant, aucun objectif n’est ciblé et, à aucun moment, on parvient à des niveaux permettant d’obtenir une quelconque certification ISO 26000.

En revanche, dans le cadre de la RSE, on peut tout à fait viser certaines certifications liées : ISO 9001 pour le management de la qualité ou encore ISO 14001 pour le management environnemental.

En pratique : comment suivre les lignes directrices de l' ISO 26000

S’il n’est pas difficile d’accéder à toutes les informations relatives à la norme ISO 26000, certains organismes peuvent redouter le moment consistant à mobiliser ces règles générales pour leur cas particulier.

Pour commencer, on préconise d’effectuer un diagnostic, dans l’optique d’identifier les progrès à faire. Ici, il ne s’agit pas toujours de vouloir déplacer des montagnes : suivant la structure de l’établissement et ses moyens, il est important de définir des objectifs atteignables, tout en hiérarchisant intelligemment les priorités.

D’une façon générale, le projet de respecter une norme comme l’ISO 26000 implique un investissement financier de la part de l’entreprise. Toutefois, puisque la norme n’impose aucune exigence et aucun chiffre précis, chaque société est libre d'envisager des projets qu’elle peut se permettre de concrétiser, pour entrer dans un développement durable qui lui profite.

Et si l’on mobilisait les produits d’entretien enzymatiques pour sa démarche RSE ?

Il existe de très nombreuses pistes pour mieux respecter les principes de la norme ISO 26000 :

  • améliorer les conditions de travail des salariés
  • supprimer toutes les formes de discrimination
  • bien informer les consommateurs
  • entretenir des relations saines et équilibrées avec ses fournisseurs
  • sensibiliser aux risques d’accident du travail, etc.

Et parmi les différentes stratégies que chaque établissement peut employer, ENZYNOV accompagne de nombreux professionnels dans le cadre de leur démarche RSE. Nos produits d’entretien professionnels (pour le CHR, l’automobile, le BTP ou encore le transport) ont été fabriqués avec des enzymes, protéines présentes dans tous les organismes (dans la nature comme dans le corps humain !). Ils ne représentent pas de risque pour leurs utilisateurs et agissent de façon ciblée, rapidement et sans trop frotter : les conditions de travail sont nettement améliorées. En parallèle, ils peuvent être rejetés dans les réseaux classiques sans menacer l’écosystème — ce qui leur permet de contribuer efficacement au développement durable.

N’hésitez pas à prendre contact avec ENZYNOV afin de connaître toutes ses solutions, du nettoyant multisurfaces Enzymax Pro aux alternatives plus ciblées, à l’image de Xonet, un dégraissant spécifique pour la restauration.

boutique

Découvrez également :

ISO vs Labels : quelles différences ?

- Les entreprises francaises une orientation RSE déterminante

Normes ISO : lesquelles privilégier dans une démarche RSE ?

Norme ISO 50001 : la base du management énergétique dans une politique RSE

Quid de la norme ISO 9001