Stations de lavage et eaux usagées : comment réduire la pollution ?


Le traitement des eaux usagées en station de lavage est problématique
, parce qu’elles sont chargées en détergents et autres matières polluantes comme l’huile, les cires lubrifiantes ou même les métaux lourds. Cette composition, particulièrement néfaste, n’est pas compatible avec un envoi vers la station d’épuration : la mise en place d’un système de traitement avant le rejet demeure incontournable.

Peut-on mieux respecter l’environnement quand on nettoie les véhicules ? Quelles alternatives existent pour un entretien plus vert ? Découvrez quelques conseils pour limiter le gaspillage, réduire la consommation d’eau (une ressource précieuse) et mobiliser des solutions naturelles, à l’image des produits d’entretien enzymatiques.

Station de lavage et eaux usagées


Eaux usagées en stations de lavage : des rejets encadrés par la loi 

La loi française régit les rejets d’eau dans la nature — et ces normes concernent bien évidemment les eaux usagées en station de lavage. Par exemple, tous cas confondus, on ne peut réinjecter dans les réseaux traditionnels une eau dont le pH est inférieur à 5,5 ou supérieur à 8,5, sachant que la température doit être inférieure à 30 °C.

Par la suite, les rejets sont plafonnés en fonction de leur destination : par exemple, on ne tolère pas plus de 600 mg/l de matières en suspension pour les eaux usagées en station de lavage qui sont redirigées vers l’assainissement collectif (station d’épuration). Mais pour tout déversement dans la nature, ce plafond est rabaissé à 100 mg/l.

En parallèle, avant tout rejet dans la nature ou vers l’assainissement urbain collectif, il faut s’assurer que le liquide ne contient pas plus de 10 mg/l d’hydrocarbures et moins de 15 mg/l de métaux totaux.

En général, les eaux usagées en station de lavage contiennent beaucoup d’hydrocarbures, des métaux comme le chrome, le barium, le nickel et le plomb, mais aussi des boues. Autant d’éléments indésirables dans les stations d’épuration, car les eaux ainsi chargées sont véritablement complexes — et parfois même impossibles — à bien dépolluer.

Un impact écologique au-delà des rejets de polluants

Alors même que les traces de carburants présentes dans les eaux usagées en station de lavage posent problème, tout comme les boues, les particules de métal et autres résidus de produits détergents ou lustrants, l’impact écologique d’une station de lavage ne concerne pas uniquement les rejets d’eau.

En effet, il faut aussi savoir qu’en moyenne, on doit utiliser 200 litres d’eau pour laver une seule voiture. On imagine rapidement que ces stations qui fonctionnent à plein régime puissent aisément puiser plusieurs milliers de litres d’eau chaque jour.

Certaines entreprises ont compris que les eaux usagées en station d’épuration peuvent être traitées et réutilisées. Ce type d’initiative tend à se développer, et permet d’améliorer considérablement la situation.

Concrètement, plutôt que de solliciter sans cesse les réseaux d’approvisionnement collectifs, on peut mettre en place un système pour dépolluer sa propre eau, puis la réutiliser ensuite. Cela nécessite un investissement de taille pour la structure mais, à terme, on peut aussi amortir cette dépense grâce aux importantes économies en eau !

Si l’installation d’un dispositif si ambitieux paraît inaccessible pour votre propre entreprise, vous pouvez réduire votre impact écologique, limiter les rejets de polluants et limiter votre consommation d’eau grâce aux produits d’entretien enzymatiques, une alternative qui mérite réflexion.


Les produits d’entretien enzymatiques et le nettoyage de véhicules : une alternative naturelle et efficace

ENZYNOV étudie minutieusement les enzymes, ces protéines naturellement présentes dans notre écosystème ainsi que dans le corps humain : elles catalysent des réactions chimiques, ce qui signifie schématiquement qu’elles possèdent un principe actif très rapide, ciblé et précis. Chaque enzyme a sa propre particularité et sa fonction : en les utilisant de la bonne façon, on peut préparer des produits d’entretien enzymatiques idéaux pour nettoyer les véhicules sans rejeter de polluants dans la nature.

À titre d’exemple, notre produit Tolezyme est une excellente base pour nettoyer la carrosserie des voitures sans jamais l’agresser. S’ils ne polluent pas et ne représentent pas de risque pour l’Homme, ces produits sont également sans danger pour les surfaces sur lesquelles on les applique : ils se contentent d’enlever la saleté, mais ne réduisent pas l’éclat des couleurs, par exemple. Et pour des problématiques plus complexes, comme le nettoyage des taches d’hydrocarbures sur les sols des stations de lavage, on peut solliciter TNG-3, un dégraissant très performant qui n’a aucun impact sur le fonctionnement des stations d’épuration.

Vous avez envie de tester les produits ENZYNOV pour votre propre station de lavage ? Pour votre garage automobile ? N’hésitez pas à nous contacter afin de découvrir toutes nos solutions.

nos produits

Découvrez également : 

- Comment Diminuer son impact énergétique dans le Transport ?

Comment nettoyer un Tanker ?

- Comment nettoyer une toupie malaxeur de béton ?

- Entretien de véhicules : comment veiller sur on image de marque ?